COVID-19, le gouvernement veut-il nous ficher ?

Covid 19

Les smartphones sont aujourd’hui de vraies mines d’informations. Les opérateurs afin d’acheminer vos messages et appels jusqu’à vous doivent être en mesure de vous localiser le plus précisément possible.

Aujourd’hui avec votre smartphone, on peut déterminer votre emplacement à 30 mètres près. Mais ces données sont en principe inaccessibles sauf en cas de demande de justice.

Cependant avec la crise sanitaire en cours, le gouvernement français réfléchirait à mettre en place une certaine surveillance.

L’Italie a déjà franchi ce cap dans le but de suivre les déplacements de population des habitants de Lombardie afin d’étudier le respect des consignes de confinement.

Cela a permis de faire ressortir le fait que 40% des citoyens ne respectaient pas les règles de confinement en vigueur.

Ces suivis ne sont bien sur pas individuels mais collectifs.

En Chine, en revanche, pays où les libertés individuelles sont moins importantes, on enregistre les malades sur des cartes interactives afin que les autres personnes les évitent.

En Russie, le Premier ministre russe a ordonné la création d’un système de suivi des personnes qui se sont trouvées proche des patients contaminés par le coronavirus. Il se basera sur les données de géolocalisation des smartphones afin de limiter les contaminations.

D’autres pays comme la Corée du Sud ou même Israël se dotent d’applications de notifications des contacts de personnes infectées.

Les législations en place en France et en Europe ne tolèrent pas une telle surveillance sauf en cas d’épidémie comme il est précisé dans le RGPD. Néanmoins ces pratiques sont encadrées, c’est pourquoi dans le cas de l’Italie, il ne s’agit que de statistiques sur les déplacements des usagers (changements d’antennes) par rapport à une situation normale et non une géolocalisation ciblée.

Pour l’instant les ministres assurent que le cas de la France ne nécessite pas ce type de mesures à ce stade.

Edit du 26/03/2020 : L’Europe a enfin acté le suivi des déplacements des citoyens afin d’étudier le respect des mesures de confinement. 8 opérateurs européens, dont Orange pour la France, sont chargés de cette collecte d’information. Ces données de déplacement seront anonymisées afin de ne pas servir d’outil de surveillance mais uniquement de suivi des mouvements de population.


Sources :

https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/reseaux-et-telecoms/la-vie-privee-en-ligne-l-autre-victime-du-covid-19_142749

https://www.bfmtv.com/tech/covid-19-la-lombardie-controle-les-deplacements-grace-aux-smartphones-1877409.html

https://www.latribune.fr/technos-medias/covid-19-et-contagion-vers-une-geolocalisation-des-smartphones-en-france-843173.html

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/en-chine-des-applications-pour-geolocaliser-les-habitations-des-personnes-infectees-par-le-coronavirus-covid-19_3825995.html

https://fr.sputniknews.com/russie/202003231043365786-la-russie-utilisera-la-geolocalisation-pour-tenter-denrayer-lepidemie-de-covid-19/

Coronavirus : l’Europe utilise nos smartphones pour s’assurer que le confinement est bien respecté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code